Les Seigneurs de Désaignes



 

La société féodale est hiérarchisée sous forme pyramidale avec, en son sommet, le roi qui est le seigneur de tous les seigneurs du royaume. 

Le seigneur féodal est la pièce maitresse de la féodalité. Il est titulaire d’un fief et détient le pouvoir sur ce fief. Il a autorité sur son (ou ses) vassal et est soumis à celle de son (ou ses) suzerain.

Il rend la justice, perçoit les loyers et redevances des tenanciers, les amendes, les droits de succession et de mutation, les divers impôts, etc....

 


 

LES "RETOURTOUR", jusqu'en 1379

Les Retourtour, premiers seigneurs de Désaignes

Cette très ancienne maison du Vivarais, connue depuis le XIème siècle avec Pierre de Retourtour, possédait les seigneuries de Beauchastel, Argental, Satillieu, Montfaucon, Dunières et de Retourtour dans la haute vallée du Doux près de Désaignes.

En 1197, Armand Ier de Retourtour est qualifié de seigneur de Retourtour, Désaignes, Montfaucon et Dunières dans la donation qu’il fit de ses droits sur l’île de Soyons aux chanoines de St Ruf de Valence. 

En 1274, Armand II de Retourtour est Seigneur de Retourtour, Beauchastel, Désaignes, Montfaucon, Dunières et St Just en Velay.

En 1293 il cède au Roi de France, Philippe le Bel, la moitié de la terre et ville de Montfaucon pour y établir un baillage royal, devenant ainsi l’associé et le vassal du Roi. 
C’est un homme important ! 
En effet, le 25 juillet 1303, il participe à la réunion des seigneurs du Languedoc

pour assister le Roi dans ses démélés avec le pape Boniface VIII.

 

                                                                        Le blason des Retourtour, sculpté, placé sur la       
                                                                        porte Fornat "D'or à trois retortes de sable passées
                                                                        chacune quatre fois en sautoir, rangées en pal         
                                                                        couronné de murs".                                                   

 

 

 

 


Le testament d'Odon

En 1319, le 13 novembre, son fils Odon de Retourtour rédige son testament au château de Désaignes, "où il fait sa résidence habituelle".

Les nobles testaient jeunes, dès qu’il avaient des biens, afin d’assurer l’avenir de ces biens (qui revenaient au domaine royal en cas de décès sans héritier). Une partie de ce testament est transcrit dans “Le vieux Désaignes” de Charles du Besset. 

Il avait épousé en 1308  Raimonde de Pagan, fille d’Aymar seigneur de Mahun. 

Prévoyant, il l’institua dans son testament tutrice de ses enfants actuel (Jean) et futurs (2 sont connus, Briand et Odon) et légataire des château et terres de Désaignes tant qu’elle resterait veuve. 
Si leurs enfants mouraient avant elle sans postérité, elle deviendrait propriétaire de ces biens, des tentures et vaisselles de la maison et de rentes sur les autres biens. 
A la mort de Guigon de Pagan, cousin germain de son épouse et seigneur de Mahun, il hérita et devînt seigneur d’Argental, Mahun, Ozon, Satillieu, Sarras, Vovance, Villevocance, St Julien Molin Molette, Riotord, etc... 

Le seigneur de Désaignes devînt donc l’un des plus puissants de la région Vivarais-Velay-Forez.

 

Briand et la fin des Retourtour

Briand de Retourtour hérita de tous les biens à la mort de son frère Jean. 

Pour descendance il n’a qu’une fillette, Alix de Retourtour. 

Comment assurer la succession ? Il fait d'Alix son héritière universelle et la marie par contrat le 17 juin 1376 , à Jacques de Tournon, fils de Guillaume. 

Les époux à eux deux ne devaient pas réunir plus d’une douzaine d’années ! Mais c’était suffisant, (faut-il dire Hélas ?) pour que les biens soient sur le point de revenir à la famille des Tournon. 

En effet, Briand décéda en 1379 et Guillaume s’empara immédiatement des biens de sa belle-fille... pour les sauvegarder !

La petite mariée meurt également... à l’âge de 10/12 ans, sans descendance évidemment. 



 

LES "TOURNON", de 1379 à 1644 

Jacques de Tournon hérite donc des domaines des Retourtour et des Pagan. 

Il meurt le 13 septembre 1396 à la bataille de Nicopolis en Bulgarie, contre les Turcs. Il avait 23 ans. 

La veuve de Briand essaye en vain de récupérer, par d’onéreux et interminables procès, les biens d’Alix. 

Finalement, un accord de 1381, confirmé en 1397, partage les biens des Retourtour entre deux seigneuries, les “Tournon” d’une part, les “Roussillon” d’autre part (une autre fille de Briand ayant épousé un Roussillon). 

La terre de Désaignes restera entre les mains de la famille des Tournon, jusqu’au milieu du XVIIème siècle. 

Le château de Désaignes, résidence d’Odon après 1319, devint la propriété des Meyres dès 1423, semble-t’il. 

En 1644, le dernier des Tournon, Just Louis de Tournon, comte de Tournon et de Roussillon, comte de Chalencon, lieutenant général en Dauphiné et Vivarais, commandant le régiment d’infanterie de son nom (Roussillon), meurt au siège de Phillisburg.

C'est la fin de la "grande famille de Tournon".
 

                 Le blason des Tournon :                                      
                 "parti au 1 de France ancien ; au 2 de gueules, au lion d'or"
                 soit, fleur de lys d'or sur fond bleu, lion d'or sur fond rouge.


 

 

 

 




 

LES "VENTADOUR", de 1644 à 1691 
 

Just-Louis, le dernier des “Tournon” n'a pas d'héritier naturel et les biens considérables de sa succession échurent à sa grand mère, Marguerite de Montmorency, duchesse de Ventadour. 
Par testament, l'héritage passe à la Duchesse de Levy-Ventadour puis à sa fille, la Princesse de Turenne.

 

 


 

LES "MAISONSEULE", DE 1691 A 1742


Le 30 novembre 1691, Antoine Marie de la Gruterie Maisonseule achète à la Princesse de Turenne, donataire universelle des biens de son père (le duc de Lévis Ventadour), la baronnie de Désaignes  pour 38000 livres.

Désaignes, l'un des bourgs les plus peuplés et actifs d'Ardèche, était ainsi exibé comme un fleuron donnant la preuve de la réussite du Comte de Maisonseule ! 

Antoine Marie de la Gruterie-Maisonseule, né le 28 août 1660, reçu Chevalier de l’ordre hospitalier et militaire de Malte le 8 mai 1663, à l'âge de 3 ans ! Titré Comte de Maisonseule, de La Mastre, du Villard en Velay et de Désaignes, fit ajouter, à droite de la nef, de l'église de St Basile, une chapelle supplémentaire en 1692. 

Il fit inscrire dans la pierre, pour la postérité, la trace indéfectible de sa générosité :

           E X T R U C T A A
           S U M P T I B U S
           ........... D O M O
           S O L A D I S A N I A
           & A L I A S 1 6 9 2

Traduisons : "Erigé, en 1692, par la grande générosité des Seigneurs de Maisonseule, Desaignes et autres".
 

                                                                                 

 

                                                                                   L'église de St Basile.      
                                                                                   L'inscription est en façade de la 
                                                                                   petite chapelle ajoutée à droite.

 

 

LES "GROLLIER", de 1742 à 1792  
 

Pierre Louis de Grollier, le petit fils de Louise de Maisonseule (soeur du chevalier de Malte), fut le dernier Seigneur de Désaignes. 

Ayant eu l'imprudence de se rendre à Lyon en 1792, il y fût guillotiné le 26 décembre 1792. 
La tradition rapporte qu’il était la bonté même et que tout St Basile (commune où est le château de Maisonseule) pleura !!

 

 

 

 

 

 


Sources :
"Le Vieux Desaignes" de Charles du Besset (en vente à l’Office de tourisme de Desaignes).
“Désaignes pages d’histoire” et “Mémoire du Savel”,de Paul Bouit (épuisé)
“Eglise de St Basile” de J. et D. Bernard (Mairie de St Basile)